L’héritage de Rhéa,
c’est d’abord un besoin personnel d’un retour à la terre.

De l’idée au projet :

L’héritage de Rhéa c’est d’abord un besoin personnel d’un retour à la terre. Je voulais réorienter ma vie professionnelle dans un projet à dimension humaine. Coïncidence ou prédiction, l’héritage correspond au nom cadastral de la parcelle. La terre est un héritage duquel il nous appartient de prendre soin pour mettre à profit ses bienfaits. De génération en génération, on apprenait comment utiliser les plantes pour notre bien-être. Ces savoirs ont failli disparaître supplantés par la chimie, et la modification de nos comportements. J’ai eu envie de participer à cette aventure environnementale et humaine de réhabiliter les plantes dans notre quotidien. Les plantes sont la jonction entre le ciel et la terre, elles renvoient ainsi à Rhéa fille d’Uranos « Dieu du soleil » et Gaïa « Déesse de la terre ».
Ma recherche de foncier m’a conduite sur une parcelle d’un peu plus de ½ hectare aux portes des Monts de la madeleine et de la Montagne Bourbonnaise sur la commune de St Priest la Prugne. Située à 750 m d’altitude, abandonnée depuis plus de 30 ans, elle bénéficie d’une exposition plein ouest, d’une ressource naturelle et permanente en eau et conjugue en son sein de nombreux éléments sources de biodiversité : le minéral, (les nombreux affleurements rocheux expliquent pour partie son abandon et son peu d’intérêt pour l’agriculture traditionnelle voire familiale), les végétaux (ronces, noisetiers, frênes, aubépines, fougères, chiendent, châtaigniers,…) mais aussi de vieux troncs et murs en pierres.

Après une formation en environnement avec une spécialisation en aménagement des montagnes, et quelques années dans la Marne (51), j’ai pu rejoindre mon conjoint exploitant agricole dans la Loire où je me suis définitivement installée en 1992 pour la naissance de notre fille ainée. Après une carrière dans le développement rural, au cours de laquelle j’ai accompagné nombre de projets personnels ou collectifs, il était important pour moi de passer de l’autre côté de la barrière. Avec l’appui de mon conjoint et de mes enfants, je me suis lancée dans cette aventure de l’installation individuelle, de l’autonomie mais aussi du risque. Mon projet à dimension artisanale et en agriculture biologique, s’inscrit sur un site distinct de l’exploitation traditionnelle en élevage de mon mari. Nous voulons aussi montrer que 2 modèles d’agriculture peuvent coexister et se comprendre.
Depuis 2009, nous accueillons dans notre gite rural des familles et vacanciers de toutes origines géographiques. Avec mon mari, nous partageons ce sens de l’accueil, le plaisir de parler de l’agriculture, de ce métier mais aussi du pays d’Urfé. 

Après un cursus théorique et technique de formation sur les plantes aromatiques et médicinales, j’ai obtenu en 2017 le diplôme agricole de chef d’exploitation et ai élaboré mon dossier pour créer mon exploitation. J’ai bénéficié des conseils avisés et de l’expérience d’autres producteurs qui m’ont de bon cœur et en toute simplicité ouvert leur porte et fait découvrir leurs activités tant en Auvergne qu’en Rhône Alpes.

                                                                                                                                                           Françoise